Publicité

Les archives de l'Ofpra sont désormais consultables et indexables en ligne

  • passeport_Nansen.JPG

    Passeport-Nansen
    C'est Fridtjof Nansen, premier Haut-commissaire pour les réfugiés de la Société des Nations, qui créa le passeport Nansen en 1922 via l’Office international Nansen pour les réfugiés. Il reçut le prix Nobel de la paix la même année. (Wikimedia/Ivan Vasile)
  • Pour le moment, 213 272 documents sont disponibles à la consultation et permettent une indexation collaborative en ligne. 

    Jusqu'à aujourd'hui, il fallait se rendre à Fontenay-sous-Bois, dans le Val de Marne, pour consulter en salle de lecture les archives conservées par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Bonne nouvelle, l'établissement public créé en 1952 vient de se doter d'un portail permettant de consulter en ligne ses archives les plus anciennes. Chacun peut donc désormais parcourir les archives nominatives des réfugiés ou apatrides protégés entre 1924 et 1952, établis et/ou conservés par les offices des réfugiés russes, arméniens, géorgiens ainsi que, entre 1942 et 1945, par le Bureau chargé des intérêts des apatrides (BCIA). De plus, les internautes sont invités à enrichir les archives de ce fonds grâce à une interface d'indexation collaborative. (Attention, il est nécessaire d'ouvrir un compte en ligne pour accéder au portail)

    >Lire aussi : Archives : citoyens, rejoignez les bataillons de l'indexation collaborative !

    Quels documents consulter ?

    Ce fonds, qui représente 252 boîtes d'archives, compte 213 272 documents en format image. Il s'agit principalement de certificats de réfugié-apatride, parfois porteurs de photo, établis par les offices dans le but de prouver l'identité, la nationalité et le statut d'un demandeur de protection en vue de l'établissement du passeport Nansen (document d'identité reconnu par de nombreux Etats permettant aux réfugiés apatrides de voyager entre 1922 et 1945).

    Il est aussi possible de trouver parmi ces archives d'autres certificats et attestations, quelques témoignages, récits ou entretiens mais également des documents produits par les réfugiés eux-mêmes et rédigés en langue étrangère (russe, arménien occidental, géorgien, etc), tels que des correspondances, des attestations de travail, des copies de titre de séjour, des passeports, des attestations provenant d'autres organismes, d'associations ou encore de comités de réfugiés

    Ce portail, créé par l'Ofpra avec le soutien des Archives de France et partiellement indexé grâce au financement de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la Fondation Calouste Gulbekian, propose enfin des expositions virtuelles ainsi que des focus thématiques. 

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    patrimoine-numerisation
    Les archives ont encore de beaux projets de numérisation devant elles ! En effet, on trouve toujours sous forme papier ici des fonds anciens ou contemporains à fort intérêt patrimonial, là des documents qu’il est utile de mettre à disposition sous forme dématérialisée ou qui pourraient ainsi connaître une seconde vie - entendez régénérer de la valeur. Ce dossier rappelle le long engagement des institutions culturelles en France en faveur de la numérisation. Elles restent toujours actives sur ce front, tandis que le secteur privé connaît lui aussi des opérations d’ampleur. Trois exemples viennent l’illustrer.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    archives 2021.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif