Article réservé aux abonnés Archimag.com

Institut national du patrimoine : la médiation par l'éducation artistique et culturelle

  • institut_national_patrimoine_formation_archives.jpg

    institut-national-patrimoine-formation-archiviste
    Rotonde de la galerie Colbert, à Paris, qui abrite l'INHA (Institut National de l'Histoire des Arts) et l'INP (Institut National du Patrimoine). (Wikipedia/Benh LIEU SONG. GNU Free Documentation License)
  • Christian Hottin est directeur des études, chargé de la programmation et des publications scientifiques au sein de l’Institut national du patrimoine. Il est également conservateur en chef du patrimoine. Il présente le module de médiation de l'Institut, d'une quarantaine d’heures, qui concerne à la fois l’exposition, la médiation, la diffusion et l’édition. Il s'adresse à tous les élèves, dont ceux de la spécialité "archives".

    Temps de lecture : 4 minutes


    Cet article est issu du dossier "Les archivistes passeurs de culture" du numéro d'octobre 2019 d'Archimag. Voici le sommaire du dossier :


    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag !

    Quelle est la vocation de l’Institut national du patrimoine (INP) ?

    Nous sommes un établissement public placé sous la tutelle du ministère de la Culture et organisé autour de deux départements :

    Le département des restaurateurs forme des restaurateurs habilités à travailler sur des collections publiques (peinture, sculpture, arts graphiques…).

    Le département des conservateurs, créé en 1990, est une école d’application de la fonction publique : à ce jour, elle est la seule à former à la fois des conservateurs de l’État, de la Ville de Paris et de la fonction publique territoriale.

    enlightenedLire aussi : Qui est Charles Personnaz, le directeur de l'Institut national du patrimoine ?

    institut_national_patrimoine_archiviste_formation_mediation.png

    Plusieurs voies permettent d’y accéder : concours externe, concours interne, tour extérieur des conservateurs, concours Sauvadet (une année sur deux), convention avec le ministère des Armées et enfin accueil d’élèves étrangers sur dossier.

    Nous accueillons des élèves dans différentes spécialités : archives, musées, archéologie, monuments historiques et inventaires, patrimoine scientifique et technique. Les archivistes représentent environ 9 élèves sur une promotion de 35 personnes.

    enlightenedLire aussi : "En dix ans, le métier d'archiviste s'est fortement diversifié..."

    Quel est le déroulement des études ?

    L’enseignement, d’une durée de dix-huit mois, repose sur une alternance de cours et de stages : neuf mois de cours et neuf mois de stage. Le deuxième semestre est occupé par un stage de spécialité qui dure près de six mois : l’élève est alors immergé dans une structure de sa spécialité pour y accomplir un travail scientifique et parfaire sa connaissance du métier qu’il sera amené à exercer à sa sortie. 

    Les cours, quant à eux, sont organisés en trois blocs. Le premier s’adresse à tous les élèves : droit, économie, gestion, ressources humaines, management, déontologie de la fonction publique.  Le deuxième bloc d’enseignement concerne la spécialité.

    Les élèves sont répartis en groupes plus modestes selon leur spécialité. À titre d’exemple, le module de la spécialité « archives » représente environ quatre-vingts heures : droit des archives, connaissance du réseau institutionnel, techniques de classement, archives numériques… Le troisième bloc est centré sur les différents aspects de la chaîne patrimoniale. C’est dans ce cadre que l’on va trouver les enseignements dédiés à la médiation et à la diffusion.

    enlightenedLire aussi : Quel avenir pour les archivistes ?

    Comment abordez-vous la médiation et la diffusion ?

    Nous l’abordons à la fois à travers un module d’enseignement spécifique et via des actions d’éducation artistique et culturelle.

    Il y a deux ans nous avons développé une méthode qui permet aux élèves de s’investir dans la durée. Nous mettons les élèves en relation avec des associations qui font de la maîtrise d’ouvrage en direction des publics scolaires, des publics en difficulté, des publics empêchés. Les élèves bâtissent un projet d’intervention et de médiation qui va s’étaler sur près de quinze mois.

    enlightenedLire aussi : Les 6 points clés pour numériser, gérer et valoriser son patrimoine audiovisuel

    Concrètement, comment se manifeste cette formation en médiation ?

    Un groupe a travaillé avec l’association Zup-de-Co qui lutte contre le décrochage scolaire. Ces élèves sont notamment intervenus dans des collèges de Paris et de Montreuil. Les collégiens ont été invités à mobiliser des documents d’archives en relation avec un thème donné. Un autre travail a été mené avec une association qui propose des activités à des enfants hospitalisés à l’hôpital Necker.

    Dans ces deux cas, nos élèves mènent un projet de médiation de bout en bout. Notre module de médiation représente une quarantaine d’heures et concerne à la fois l’exposition, la médiation, la diffusion et l’édition.

    Plus de deux cent cinquante intervenants animent l’ensemble de notre formation, et une vingtaine prend part à ce module : professionnels des musées, des archives, de l’édition… Ils traitent sous forme de cours et de retours d’expérience les différentes phases de réalisation d’une exposition ou de préparation d’un ouvrage scientifique. Les élèves sont ici au plus près des professionnels. 

    enlightenedLire aussi : Archives : pourquoi et comment valoriser son patrimoine ?

    Mon souhait pour les années à venir serait que ce module de médiation porte sur la création d’expositions virtuelles. Cela permettrait à chaque groupe d’élèves de livrer un travail collectif. Cela serait également valorisant pour leur CV.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-archivistes-culture
    Combien d'oeuvres, combien d'événements s'appuient sur des archives pour leur réalisation ? A la manoeuvre ou apportant leur contribution, les archivistes qui endossent cette mission de valorisation parallèlement à celle de conservation.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    archives 2021.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif