Publicité

Maxime Courban, archiviste iconographe au croisement de plusieurs métiers

  • maxime_courban_archiviste_iconographe_humanite.jpg

    Maxime-Courban-archiviste-Humanite
    Maxime Courban, archiviste iconographe responsable du secteur des documents figurés aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis est en charge du fonds d'archives du journal l'Humanité (DR)
  • Archiviste iconographe responsable du secteur des documents figurés aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Maxime Courban a un profil atypique. En charge du fonds d’archives du journal l’Humanité, il contribue régulièrement à la création d’œuvres et d’événements culturels : journaux, expositions, ouvrages, etc. Il nous raconte son quotidien.

    Cet article est issu du dossier "Les archivistes passeurs de culture" du numéro d'octobre 2019 d'Archimag. Voici le sommaire du dossier :


    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag !

    Un registre, trois cahiers et un manuscrit. C’est ce que Patrick le Hyaric, le directeur du journal l’Humanité, a remis à Robert Clément, alors président du conseil général de la Seine–Saint-Denis, à Bobigny, en octobre 2003.

    Le registre en question n’est pas banal : il rassemble les assemblées générales des actionnaires de l’Humanité de 1906 à 1956. Les trois cahiers non plus, puisqu’ils répertorient les procès dont le journal fut l’objet de 1950 à 1962. Enfin, le manuscrit a été rédigé à la main par Gabriel Péri, ancien député et responsable de la rubrique de politique internationale de l’Huma, qui fut fusillé par les nazis.

    enlightenedLire aussi : Qui sont les documentalistes du journal Le Monde et quels sont leurs secrets de longévité ?

    "Les archives de l'Humanité en de bonnes mains"

    Ces documents font partie des 450 mètres linéaires d’archives et de près de trois millions de clichés qui ont été déposés par le journal fondé en 1904 par Jean Jaurès aux archives départementales (AD) de la Seine–Saint-Denis.

    Cet événement est historique pour la presse française, puisque c’est la première fois qu’un quotidien national toujours en activité met la quasi-totalité de ses archives au service de la recherche scientifique.

    « Les archives de l’Humanité en de bonnes mains », pouvait-on lire dans l’Huma le 20 octobre 2003.

    enlightenedLire aussi : Les archives photographiques de France-Soir dormiront toutes à Paris

    archives_humanite_journal_18_avril_1904.jpg

    enlightenedLire aussi : La BnF lance RetroNews, un "Ina de la presse écrite" offrant 3 siècles d'archives en ligne

    Un travail titanesque

    C’est l’année suivante, en 2004, que Maxime Courban entre aux AD de la Seine–Saint-Denis pour un CDD de six mois afin de réaliser le récolement d’une partie de ce fonds. Le jeune homme, autodidacte et passionné d’histoire et de photographie, ne quittera plus ces archives.

    « Elles sont arrivées non classées », se souvient-il ; « il a d’abord fallu réaliser un travail titanesque pour circonscrire la masse de documents et ainsi répondre aux iconographes du journal ».

    2 000 images sont alors sélectionnées, puis numérisées pour satisfaire les premiers besoins, qui n’attendent pas : l’Humanité célébrant cette année-là son centenaire, une exposition est organisée aux AD dès le mois de juin : « L’Humanité au quotidien ».

    enlightenedLire aussi : Les 6 points clés pour numériser, gérer et valoriser son patrimoine audiovisuel

    Trou noir d’archives

    Le contrat de Maxime Courban est reconduit d’année en année. En 2010, il obtient sa licence en documentation audiovisuelle au Cnam avant de réussir le concours lui permettant d’intégrer la collectivité territoriale.

    « Les dix premières années ont été essentiellement dédiées à l’inventaire », se souvient l’archiviste iconographe aujourd’hui responsable du secteur des documents figurés.

    Avec le temps, Maxime Courban et son équipe se sont organisés : il tient notamment des dossiers de nécrologies sur des personnalités publiques.

    « Quand il y a une demande, je dois y répondre très rapidement », explique-t-il ; « je dois faire la sélection, sortir les tirages et les numériser au plus vite. Autant m’avancer quand je le peux ».

    enlightenedLire aussi : Une iconographe à la bibliothèque de Sciences Po : entre gestion des droits, Dam et valorisation

    Expositions, livres...

    L’archiviste iconographe a également collaboré à différentes expositions telles que « Instantanés d’Humanité » qui s’est tenue aux AD de la Seine–Saint-Denis en 2008 à l’occasion des quarante ans de mai 68 ou encore « Photographie, arme de classe », qui s’est déroulée au Centre Pompidou l'an dernier.

    humanite_figure_peuble_archives.jpgMais son plus gros travail a été sa collaboration à la création de l’ouvrage « L’Humanité, figures du peuple », écrit par Danielle Tartakowsky et Gérard Mordillat et paru en 2017 aux Éditions Flammarion. « L’éditrice faisait le travail d’iconographe et moi je lui faisais des propositions », se souvient-il ; « c’était passionnant ».

    enlightenedLire aussi : La Grande Guerre vue par les archives iconographiques

    Archiviste au croisement de plusieurs métiers

    S’il se considère d’abord comme un archiviste, Maxime Courban reconnaît que sa formation ne l’a pas vraiment préparé à de telles missions, plutôt atypiques :

    « J’exerce des fonctions très spécifiques, au croisement de plusieurs métiers », explique-t-il. Ses différentes activités ont également nourri ses réflexions concernant la numérisation des fonds dont les professionnels comme lui ont la charge :

    « Nombre de chercheurs et d’étudiants ne se déplacent plus en salle de lecture, se contentant de travailler sur les corpus déjà numérisés », explique-t-il, regrettant qu’un grand trou noir d’archives soit généralement ignoré des spécialistes.

    enlightenedLire aussi : Comment gérer et valoriser vos photos et vidéos ? Voici les meilleurs méthodes et outils !

    « L’ensemble des fonds dont je m’occupe représentent environ 4 millions d’images pour seulement 120 000 images numérisées », explique-t-il ; « ce n’est pas grand-chose ! ».

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.
    Publicité

    banniere-archimag_2.gif

    archives 2020.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif