Article réservé aux abonnés Archimag.com

Les archives de la Société des Nations : un patrimoine bientôt en ligne

  • archives_societe_nations_numerisation_patrimoine.jpg

    societe-nations-archives-numerisation-patrimoine
    Opérations de numérisation d'archives à la bibliothèque des Nations unies à Genève. Ce patrimoine sera disponible en ligne prochainement. (© Library.un.org)
  • Les archives de la Société des Nations, organisation ancêtre de l’Onu, sont en cours de numérisation à Genève. Un chantier long et minutieux qui sera suivi d’une mise en ligne progressive à partir de 2021.

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez l'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag sur les archives et le patrimoine.


    Sommaire du dossier :


    Nom de code : Lontad. Lieu : Genève. Date : 2018-2022… Cela commence comme un roman d’espionnage, mais la réalité est plus prosaïque. Lontad est le nom du projet d’accès numérique intégral aux archives de la Société des Nations. Soit 15 millions de pages représentant 2,7 kilomètres linéaires.

    enlightenedLire aussi : Les archives de la Société des Nations accessibles via une bibliothèque numérique

    Un patrimoine documentaire précieux

    La Société des Nations (1919-1946) fut la première organisation intergouvernementale visant à instaurer la paix et la coopération internationales. Elle sera remplacée par l’Organisation des Nations unies (Onu) au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ses archives sont composées de dossiers relatifs à la diplomatie, au désarmement, au développement économique, à la santé…

    « Un patrimoine documentaire qui suscite un intérêt croissant de la part des chercheurs et qui a bénéficié de l’inscription au registre des Mémoires du monde de l’Unesco en 2009 », précise Blandine Blukacz-Louisfert cheffe de la section de la mémoire institutionnelle au sein bibliothèque des Nations unies à Genève.

    Comme de nombreux corpus documentaires de la première moitié du XXe siècle, celui de la Société des Nations se dégrade. Il convient donc de le rendre accessible au plus grand nombre possible en évitant les manipulations des originaux au format papier.

    enlightenedLire aussi : Dématérialisation : tout savoir sur la convention de numérisation

    Du cahier des chartes aux opérations de numérisation

    Un chantier de numérisation d’une telle ampleur ne s’improvise pas. Dès 2017, des études préparatoires ont été menées pour donner naissance à un cahier des charges.

    Dans un premier temps, des opérations de préparation ont été nécessaires : dépollution des lots, restauration et reconditionnement. Cinq personnes ont été recrutées pour l’occasion.

    C’est en 2018 que les opérations de numérisation à proprement parler ont commencé. Ce chantier est mené par la société française Arkhênum. Une équipe de six personnes s’est installée à Genève dans l’ancien atelier de reliure à proximité des magasins d’archives.

    « Nous avons souhaité que ces opérations soient réalisées sur place afin d’éviter le transport d’archives avec des risques de pertes que cela comporte. Après un appel d’offres, notre choix s’est porté sur Arkhênum en raison de la qualité de ses prestations et de ses références antérieures », explique Blandine Blukacz-Louisfert.

    enlightenedLire aussi : Numérisation des documents : que doit-on réellement numériser ?

    Archives numérisées aux formats Jpeg-2000 et PDF

    L’équipe, composée d’un chef de projet et de cinq opérateurs, procède à la numérisation des archives à l’aide de 7 scanners i2s Copibook Open System permettant de traiter des documents reliés et déreliés.

    À leur disposition également, deux autres scanners pour numériser des fiches cartonnées et des grands formats (cartes).

    En sortie, ces archives numérisées sont disponibles au format Jpeg-2000 qui fait office de fichier master. Un document au format PDF est également généré ; il sera dédié à la consultation.

    enlightenedLire aussi : Numérisation : sous quel format conserver les documents ?

    Préservation numérique

    Surtout, les promoteurs du projet Lontad ont pensé à l’avenir et aux aléas liés à l’inévitable évolution des formats de numérisation.

    La « préservation numérique » des fichiers sera garantie grâce à une solution de la société Preservica qui sera en mesure d’effectuer des mises à jour en cas d’évolution des formats. Toutes ces opérations ont demandé un certain temps d’adaptation afin d’être synchronisées : « C’est un mécanisme d’horlogerie suisse », explique-t-on à Genève.

    L’accès aux archives de la Société des Nations se fera progressivement à partir de 2021, au fur et à mesure de leur numérisation. Ce patrimoine historique unique sera alors à la disposition de tous les internautes via le site Ungeneva.org.

    Ce chantier de numérisation servira également de retour d’expérience. Une partie de l’équipe devrait être conservée après la fin du projet afin de diffuser les bonnes pratiques auprès d’institutions qui auraient besoin de conseils en matière de projets de numérisation de documents.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    patrimoine-numerisation
    Les archives ont encore de beaux projets de numérisation devant elles ! En effet, on trouve toujours sous forme papier ici des fonds anciens ou contemporains à fort intérêt patrimonial, là des documents qu’il est utile de mettre à disposition sous forme dématérialisée ou qui pourraient ainsi connaître une seconde vie - entendez régénérer de la valeur. Ce dossier rappelle le long engagement des institutions culturelles en France en faveur de la numérisation. Elles restent toujours actives sur ce front, tandis que le secteur privé connaît lui aussi des opérations d’ampleur. Trois exemples viennent l’illustrer.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 7 - Diplômé de l'École nationale des chartes et de l'Institut national du Patrimoine, Bruno Ricard est conservateur général du patrimoine. Il est également directeur des Archives nationales depuis 2019. Au micro de Bruno Texier, il revient, pour les podcasts d'Archimag, sur les grands projets des Archives nationales. Mais avec le développement exponentiel de l'intelligence artificielle, une première question se dessine : les archivistes doivent-ils craindre pour leur métier face à la puissance de l'IA ?
    Publicité

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif