Article réservé aux abonnés Archimag.com

Par quel intégrateur Ged ou ECM se faire accompagner ? Un tableau comparatif pour bien choisir

  • integrateur-ged-ecm-comparatif.jpg

    integration-ged-ecm-comparer
    Si de nombreux projets ont été orchestrés autour des finances et des marchés publics en 2020 et 2021, il semble que la dématérialisation des processus RH soit maintenant à l’ordre du jour chez les intégrateurs de Ged et ECM. (Freepik/gpointstudio)
  • Comment se portent les intégrateurs de Ged et d’ECM ? Pendant la crise sanitaire, nombre d’organisations ont besoin de s’équiper davantage et, pour ce faire, d’être accompagnées dans leurs projets de dématérialisation et de digitalisation des processus. Voici comment ces prestataires en intégration se sont adaptés pour répondre à leurs demandes. Découvrez également, en fin d'article, un grand tableau comparatif des intégrateurs de logiciels dédiés aux projets de Ged et d'ECM.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux projets de dématérialisation et de transformation numérique !

    « Le premier effet de cette crise sanitaire est lié aux ressources humaines », note Yannick Louvet, directeur projet chez Atol Conseils et Développements. « Il y a un vrai besoin de coupure. Nous commençons tout juste à mesurer le stress généré par cette pandémie et le burn out que cela provoque aujourd’hui chez certains collaborateurs » (Ces entretiens ont été réalisés avant le 20 décembre 2021).

    Cette question RH est d’autant plus importante que la plupart des intégrateurs que nous avons contactés disent avoir embauché durant cet épisode. Toute une génération de collaborateurs a donc été intégrée dans ces entreprises, à distance, avec des kits de bienvenue conçus dans l’urgence et des présentations en visioconférence auprès des équipes. 

    > Lire aussi : Dématérialisation : 2021 est prometteur pour les intégrateurs

    Une collaboration qui se fait à distance

    Car si le Covid a accentué le télétravail aussi dans ces sociétés spécialisées dans l’intégration logicielle, bon nombre d’entre elles l'avaient déjà mis en place auparavant. « Pour éviter les pertes de contact avec certains collaborateurs et maintenir l’esprit d’équipe, les managers ont dû développer des trésors d’inventivité », souligne d’ailleurs l’un d’eux.

    Cette collaboration à distance par webcam interposée s’est aussi répandue dans la gestion des projets clients. Et même si aujourd’hui, certains font machine arrière et souhaitent de nouveau des relations en présentiel, « nous ne nous déplaçons plus forcément pour des réunions courtes », précise Jean-Philippe Porcherot, directeur général d’Atol CD. « Le mix des deux – le distanciel et le présentiel – est vraiment positif ».

    > Lire aussi : Choisir son logiciel de Ged, d'ECM ou de records management en 8 points clés

    Plus de projets dans les plannings

    En termes d’activités, pour tous, les projets sont restés nombreux et le rythme soutenu.

    « En 2020, avec les phases de confinement, nous manquions de combattants », note toutefois un intégrateur. « Il n’y avait pas moins de projets sur la table, mais il était compliqué de les faire avancer ».

    En 2021, la situation a été différente et tous ont enregistré une belle croissance. D’autant que les projets initiaux, lancés en 2019 et 2020, ont évolué et ont donné naissance à d’autres projets.  

    « Non seulement, nous avons davantage de clients, y compris de nouveaux clients, mais en plus, davantage de projets ont vu le jour », confirme Yannick Louvet. De nouveaux domaines métiers se sont ouverts, à la faveur d’une meilleure connaissance du marché et des solutions de Ged-ECM. « Que ce soit dans le privé ou dans le public, les organisations ont haussé leur niveau de maturité sur le sujet », confirme un autre intégrateur. 

    > Lire aussi : ECM : le grand comparatif 2021 des logiciels de gestion de contenu

    Secteur public : cap sur la digitalisation de la relation citoyen

    Dans la sphère publique, les projets se sont accélérés autour de la digitalisation de la relation citoyen et du développement de téléservices. L’essor des usages et des outils collaboratifs a également fait naître des besoins en matière de Ged et de solutions pour sauvegarder et structurer l’information.

    Á cela, s’ajoute la volonté de régler le problème de la gestion des flux entrants, notamment du courrier, que la crise sanitaire a mis en lumière.

    « Certaines organisations ont aussi souhaité améliorer les solutions qu’elles utilisaient déjà et n’avaient pas forcément conscience du champ des possibilités qu’elles offraient », pointe un intégrateur. Ce qui passe par des interconnexions avec les outils métiers déjà en place ou l’ajout de modules additionnels comme la signature électronique ou des fonctions d’automatisation pour accélérer les circuits de décision/validation.

    Si de nombreux projets ont été orchestrés autour des finances et des marchés publics en 2020 et 2021, il semble que la dématérialisation des processus RH soit maintenant à l’ordre du jour. 

    > Lire aussi : La révolution des Ged collaboratives 

    Secteur privé : des entreprises sous-équipées

    Dans le secteur privé, beaucoup de projets restent très orientés métiers dans une logique de hausse de la compétitivité. Et dans ce secteur, le taux d’équipement en Ged-ECM reste faible. Ce qui offre de belles perspectives aux intégrateurs, avec en tête de liste les cabinets comptables, les PME mais aussi certaines ETI qui fonctionnent encore en silos.

    Pour tous, la digitalisation des processus est au menu de l’année 2022 et grâce à la démocratisation de la signature électronique, les projets s’accélèrent. 

    > Lire aussi : Supplément Archimag : Quel avenir pour la gestion de contenus ?

    Le numérique responsable en cours d’évangélisation

    Quant à la dématérialisation écoresponsable, elle bénéficie d’un certain écho auprès des clients. « Nous les sensibilisons à cela dans les projets, mais il y a encore beaucoup de pédagogie à faire », précise Jean-Philippe Porcherot. Il manque par ailleurs des mesures concrètes et surtout une norme. Mais l’intérêt est là, malgré des contraintes assez fortes. « Nous sommes dans une phase d’évangélisation », conclut un intégrateur.

    > Lire aussi : La GED comme alternative aux logiciels SIRH

    Comparatif des intégrateurs de Ged et ECM

    >>> Téléchargez le tableau comparatif des intégrateurs de Ged et ECM en cliquant-ici <<<

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    archives-numeriques-bonnes-pratiques
    Disposer d’archives numériques est une opportunité pour valoriser ses fonds. Une démarche qui vaut autant pour les organismes publics que pour ceux du privé. Valorisation en ligne, via les réseaux sociaux, réalisation d’une exposition virtuelle, etc. : cela est une affaire de stratégie, de ciblage et de réflexion sur les usages. Vient alors la mise en oeuvre.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.

    supplement-confiance-numerique-270500.png