Article réservé aux abonnés Archimag.com

Veille et intelligence artificielle : "tout le monde prétend faire de l'IA mais c'est faux"

  • veille-intelligence-artificielle-faux.jpg

    veille-intelligence-artificielle-logiciel-faux
    "Je constate que beaucoup de start-up communiquent sur l’IA mais en réalité, elles en font très peu en général", affirme Françoise Soulie ; "Et lorsqu’elles en font, ce n’est pas toujours avec des technologies de pointe". (Freepik)
  • Françoise Soulié est directrice scientifique du Hub France IA, association de loi 1901 qui a pour objectif de renforcer la compétitivité des entreprises françaises dans le domaine de l’intelligence artificielle. Pour Archimag, elle décrit les apports (réels) de l'intelligence artificielle dans les plateformes de veille. Mais attention aux fake news : l'IA peut autant aider le veilleur... que le tromper !

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez Le Push du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour dédiée à la veille et à la documentation !


    Sommaire du dossier :

    veille-intelligence-artificielle-francoise-soulieQuels sont les apports de l’intelligence artificielle (IA) pour les solutions de veille ?

    Le premier atout de l’intelligence artificielle est sa capacité à traiter massivement les quantités de données disponibles et d’en extraire des signaux faibles ou de relier entre elles des informations dispersées.

    L’IA est par exemple en mesure de procéder à une analyse textuelle de sites web. Exemple : l’IA aurait pu permettre de détecter des signaux faibles sur l’activité inhabituelle des hôpitaux de Wuhan, en Chine, avant l’expansion du Covid-19, si on avait collecté toutes les informations disponibles.

    Face à l’explosion de la volumétrie des données disponibles, le défi pour les veilleurs consiste à automatiser toutes ces activités. Plus cette veille est large, plus elle permet de trouver des signaux faibles tôt. L’IA est en mesure de répondre à ces besoins.

    enlightenedLire aussi : Quel logiciel de veille choisir (avec tableau comparatif)

    Aujourd’hui, de nombreux éditeurs de logiciels de veille affirment recourir à l’intelligence artificielle pour améliorer les performances de leurs outils. Ces solutions embarquent-elles vraiment de l’IA ?

    C’est ce qu’on appelle de l’IA washing ! Je ne connais pas assez le marché des logiciels de veille pour répondre à cette question, mais il existe une tendance dans le milieu des start-up à parler d’IA sans en faire réellement. Une chose est sûre : les solutions de veille doivent embarquer de l’IA.

    Le Hub France IA développe actuellement un index IA qui permettra d’évaluer le niveau d’IA dans les solutions informatiques qui prétendent embarquer de l’intelligence artificielle.

    enlightenedLire aussi : Veille : les nouveaux fondamentaux

    Cela risque de faire du ménage !

    C’est une mesure de salubrité publique ! Tout le monde prétend faire de l’IA, mais c’est complètement faux. Je constate que beaucoup de start-up communiquent sur l’IA mais en réalité, elles en font très peu en général. Et lorsqu’elles en font, ce n’est pas toujours avec des technologies de pointe. Certaines travaillent avec des algorithmes vieux de vingt-cinq ans. Quand on ouvre le capot, on trouve des choses surprenantes ! Je travaille en ce moment sur le pack IA qui permettra aux PME-ETI de lancer leurs premiers projets IA. Et je suis parfois étonnée par les techniques proposées par les start-up.

    enlightenedLire aussi : Comment la recherche d'information se transforme avec l'intelligence artificielle

    L’IA peut-elle aider à lutter contre la désinformation ?

    La question des fake news est très intéressante car l’intelligence artificielle peut contribuer à créer de la désinformation.

    Certains algorithmes (les GAN, generative adversarial networks) sont en effet capables de générer des images et des vidéos trompeuses qui ressemblent à des vraies. D’autres permettent de mettre des paroles totalement inventées dans la bouche de dirigeants. Barack Obama en a fait les frais il y a quelques années.

    Il existe également des attaques « adversariales » capables de pénétrer une solution de veille pour l’altérer et la tromper. De mon point de vue, les veilleurs sont confrontés à un double défi : s’assurer de la fiabilité de leurs sources et se protéger contre ce type d’attaques. Au sein du Hub France IA, l’un de nos membres (France TV) travaille beaucoup sur ces questions car il y est confronté quotidiennement.

    enlightenedLire aussi : Veille, IA et Datavisualisation : un Mooc gratuit dédié à l'intelligence économique

    L’IA est donc hybride : elle peut aider le veilleur, mais elle peut aussi le tromper ?

    Absolument. À mes yeux, il s’agit d’un sujet critique. Les veilleurs et les journalistes doivent aujourd’hui consacrer beaucoup de temps à débusquer les fake news.

    Au-delà de la veille, que peut l’IA dans le domaine du traitement documentaire ?

    Elle peut par exemple extraire les entités nommées d’un texte : personnalités, pays, régions, marques, produits… Ces entités nommées peuvent ensuite être injectées dans une ontologie exploitable par un moteur de recherche.

    enlightenedLire aussi : Ce que pensent (vraiment) les veilleurs de l'intelligence artificielle

    L’IA peut aussi réaliser des résumés de texte et des clusters regroupant tous les documents consacrés à un même sujet.

    L’intelligence artificielle est d’autant plus performante qu’elle travaille sur des corpus de données importants. Sa puissance de calcul lui permet de traiter les célèbres 3V du big data : volume, vélocité et variété.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-343-intelligence-artificielle-veille
    À quels stades les outils de veille recourent-ils à des éléments d’intelligence artificielle ? Peu à peu, celle-ci intervient tant en amont (sourcing) du processus de veille qu’au niveau du traitement (analyse, datavisualisation…) ou en aval (diffusion). Mais cette assistance aux tâches de veille ne risque-t-elle pas d’empiéter sur le métier ? Quelle est son ampleur actuelle ?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.

    couv_veille_2022.png