Article réservé aux abonnés Archimag.com

Commercialiser des archives : des droits à respecter

  • droits-commercialisation-archives.jpg

    respect-droit-commercialisation-archives
    Chaque commercialisation d’archives doit aussi prendre en compte le respect de la mémoire et de la vie privée. (Canva)
  • La commercialisation des archives nécessite un travail juridique rigoureux. Focus sur les droits à respecter lorsque l’on décide de monétiser ses archives.

    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des archives et du patrimoine !


    Au sommaire : 


    Les archives n’ont pas de prix. Publiques, elles peuvent librement circuler et ne doivent pas faire l’objet d’une commercialisation. Mais dans le cas d’archives privées, sur quels critères se fonde leur valeur ? Celui du temps ? Ou de la rareté ?

    Ces dernières années, les archives ont franchi de grands pas en matière de valorisation. Selon Yann Potin, historien et archiviste, chargé d’études documentaires aux Archives nationales, cette tendance serait liée au contexte numérique et à la rareté croissante des archives au format papier : « il faut prendre en compte la monétisation des archives avec toutes ses limites et l’ensemble de ses obstacles, en jouant avec la volonté d’indemnisation par le biais de l’argent », affirme-t-il.

    Face à la commercialisation des archives, la gestion des droits entre en jeu. Car l’archive, en tant que bien, est soumise à des droits, et son support ne doit pas être confondu avec sa propriété intellectuelle. « Ce n’est pas parce que je détiens le livre “À la recherche du temps perdu” que je détiens les droits d’auteur de Marcel Proust », explique Didier Frochot, juriste, formateur et consultant.

    Lire aussi : Licences Creative Commons : une liberté documentaire, vraiment ? 

    Lorsque l’on décide de commercialiser une archive, un droit s’impose alors immédiatement : le droit d’auteur. « Le droit d’auteur est effectif du vivant de l’auteur jusqu’à 70 ans après sa mort », ajoute le juriste. De ce fait, si des œuvres sont commercialisées (faire payer l’entrée d’une exposition, par exemple), il faut dans un premier temps obtenir l’accord des auteurs ou des ayants droit.

    Un travail de dentellière

    Quand on dépose des fonds en archives, on y trouve généralement des inédits du point de vue du droit d’auteur : papiers privés, correspondances, etc. Dans ce cas, l’auteur détient des droits moraux : le droit à la paternité et à l’intégrité de l’œuvre (on ne peut pas modifier l’œuvre sans l’accord de l’auteur).

    Pour que ces œuvres soient exploitées et commercialisées, il faut alors que l’auteur ou ses ayants droit autorisent leur divulgation et se mettent d’accord sur les droits d’exploitation. Ceux-ci peuvent être cédés gratuitement ou au terme d’une rémunération.

    Chaque commercialisation d’archives doit également prendre en compte le respect de la mémoire et de la vie privée : c’est la loi de communicabilité des archives avec des délais de communication plus ou moins longs selon les types d’archives.

    Lire aussi : Droit à la copie : rémunération des auteurs et CFC

    Stratégies de commercialisation

    En ce qui concerne les archives audiovisuelles, les obligations sont les mêmes : vis-à-vis des maisons de productions des émissions et des co-auteurs. « Il existe en permanence une chaîne de cessions des droits d’auteurs, de cessions de droits de propriété intellectuelle ou de droit à l’information », affirme Didier Frochot.

    Aujourd’hui, les stratégies commerciales déployées dans le secteur se fondent sur deux cas de figure : la cession de « droits secs » ou la cession de « droits gérés ». Ou bien le client décide d’acheter le contenu prédécoupé sous la forme de « clips » selon des logiques juridiques et documentaires, ou bien de l’acquérir dans son intégralité afin d’effectuer ses propres découpages.

    « Dans le premier cas, la société d’archives ne licencie que les droits d’exploitation dont elle est le propriétaire natif », explique Frédéric Blasi, responsable de la formation des droits de l’audiovisuel et du numérique à l’Ina. « Dans le second, la licence consentie par la société d’archives inclut en sus une fraction plus ou moins importante des droits détenus sur la vidéo par des tiers, que ce soit au titre d’une prestation artistique, d’un scénario, d’une contribution journalistique, de l’image d’une personne, ou encore des musiques utilisées ».

    Lire aussi : Oui, on trouve des violations du droit d’auteur dans la loi française !

    S’il y a bien deux réglementations distinctes en matière d’archives publiques et d’archives privées, les contraintes juridiques inhérentes aux documents constituant des archives sont les mêmes : droit d’auteur, droit des données personnelles, droit à la mémoire et au respect de la vie privée.

    « Nous aurons les mêmes problématiques avec les archives de l’Ina qu’avec les archives de M6 », précise Didier Frochot. C’est le contenu de celles-ci qui diffère dans son processus de commercialisation.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    commercialiser-archives-tabou
    Si les valeurs administratives, juridiques et patrimoniales des archives sont indiscutables, qu’en est-il de leur valeur marchande ? Les entreprises l’ont compris : valoriser leur patrimoine, voire le commercialiser, permet d’en tirer des bénéfices. Quelles sont les clés pour créer de la valeur à partir de vos archives et comment s’organise la gestion des droits ?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif