Article réservé aux abonnés Archimag.com

Préparer son projet de dématérialisation : les 8 clés de la réussite

  • preparer-projet-dematerialisation-8-cles-reussite.jpg

    Preparer-projet-dematerialisation-8-cles-reussite
    L’évaluation minutieuse des volumes à traiter et du temps de préparation qui sera à réaliser sur les dossiers évite les retards et les surcoûts lors d’un projet de dématérialisation. (Freepik/Vadi_fuoco)
  • Quels sont les secrets d’une transition réussie vers la dématérialisation des fonds documentaires ? Pour éviter les écueils et optimiser votre transition vers un projet de dématérialisation efficace, ces huit clés accompagnées d’exemples concrets vous permettront de chiffrer et de planifier efficacement votre projet de numérisation.

    enlightenedCET ARTICLE A INITIALEMENT ÉTÉ PUBLIÉ DANS ARCHIMAG N°374
    archimag_374_couv_2.jpg

    Au sommaire : 

    - Dossier : La numérisation au service de la conformité et de l'innovation
    - Numérisation : réglementation et norme pour des données conformes
    - Copie fidèle : les 10 règles d’or de la dématérialisation
    - Numérisation et IA : vers un numérique responsable
    - Outils de numérisation et conformité réglementaire
    - Les pratiques de numérisation, des chiffres et des actes


    Clé n° 1 : évaluer précisément le volume à traiter

    Le succès émerge de la précision dans l’évaluation du volume de documents à numériser, base essentielle pour une planification réussie. L’échec survient lorsque cette évaluation est imprécise, entraînant des retards, des erreurs de planification et des surcoûts.
    Conseil : Pour évaluer les volumes, considérez qu’un mètre linéaire équivaut à environ 5 000 feuilles.

    Lire aussi : Les flops de la dématérialisation : 13 mauvaises pratiques décryptées

    Clé n° 2 : bien estimer la préparation à réaliser sur les dossiers

    Il est important d’évaluer les efforts de préparation requis pour chaque dossier : déconditionnement, tri, remise en ordre, etc. Un tri minutieux impacte fortement le temps de traitement et donc les coûts d’un projet.
    Conseil : réaliser des tests sur un échantillon vous permettra d’estimer le temps nécessaire à plus grande échelle.

    Clé n° 3 : considérer l’état des documents

    Évaluer l’état des documents est fondamental pour anticiper les actions de remédiation nécessaires. Des documents altérés requièrent des opérations minutieuses (dépollution, mise à plat, etc.), impactant le temps de préparation.
    Conseil : assurez-vous que votre équipe dispose des équipements nécessaires pour faciliter la préparation.

    Lire aussi : La feuille de route de la digitalisation : les étapes clés de votre projet de transformation

    Clé n° 4 : bien analyser la spécificité et la structure des documents

    La réussite réside dans une analyse minutieuse des spécificités des documents et de leur structure pour une extraction automatisée des champs d’indexation. Sauter cette étape en se contentant d’une analyse superficielle, c’est s’exposer ensuite à des difficultés d’extraction.
    Conseil : évaluez le pourcentage de documents structurés pour disposer d’une meilleure vision.

    Clé n° 5 : structurer les champs d’indexation

    Définir précisément les champs d’indexation nécessaires est important pour une recherche future efficace.
    Conseil : interrogez les bénéficiaires sur leurs besoins de recherche et exploitez un référentiel interne existant pour gagner en temps et en qualité.

    Lire aussi : Dématérialiser en faisant appel à une entreprise adaptée

    Clé n° 6 : bien choisir les modalités de livraison

    Il est primordial d’anticiper en amont et de privilégier une méthode de livraison qui soit à la fois sécurisée et accessible.
    Conseil : étudiez la faisabilité de déposer directement les dossiers numérisés dans l’outil métier ou dans votre système d’archivage électronique en interrogeant les bénéficiaires et les fournisseurs de solutions.

    Clé n° 7 : fixer des objectifs clairs pour le sort final des documents numérisés

    Définir le sort final des documents numérisés est une sécurité et un gage de clarté dans les objectifs d’un projet de numérisation. Pour cela, il convient d’aligner le sort final avec l’usage prévu des documents numérisés : versement dans un système d’archivage électronique, tri pour les archives définitives, versement vers les archives nationales ou départementales, ou tout simplement élimination. Sans cette précaution de départ, le risque est de provoquer une montée exponentielle du volume des documents et la conservation de documents contenant des données à caractère personnel.
    Conseil : informez-vous donc sur la durée d’utilité administrative (DUA) de vos documents et sur le référentiel RGPD de votre organisation pour décider du sort final.

    Lire aussi : Scanners : petit volume, grande variété

    Clé n° 8 : estimer les coûts avec clairvoyance

    Des estimations imprécises sur les coûts peuvent constituer un écueil majeur pour tout projet de numérisation.
    Conseil : assurez-vous auprès de vos différents prestataires de disposer d’une vue précise des coûts pour une planification optimale.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    supplement-confiance-numerique-270500.png