Article réservé aux abonnés Archimag.com

Charles Huot : Cap Digital a l’ambition de rapprocher le monde politique de la filière numérique

  • charles-huot-cap-digital.jpg

    charles-huot-cap-digital
    "La France ne manque certainement pas de matière grise, mais nous avons un problème de financement", estime Charles Huot, président du conseil d'administration de Cap Digital. (Crédit : Cap Digital)
  • Charles Huot est président du conseil d’administration de Cap Digital. Ce pôle de compétitivité créé en 2006 rassemble plus de 1 000 structures adhérentes (grandes entreprises, PME, entreprises de taille intermédiaire, laboratoires, universités, collectivités, fonds d’investissement…) dédiées à l’innovation numérique.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux projets de dématérialisation et de transformation numérique !

    Quinze ans après sa création, quel bilan tirez-vous de l’activité de Cap Digital ?

    Cap Digital faisait en effet partie des 70 pôles de compétitivité lancés en 2005 et s’est développé en même temps que le numérique s’est développé en France. Nous sommes désormais le plus important pôle de compétitivité français et l’un des plus grands clusters technologiques européens avec environ un millier d’adhérents dont 85 start-up, 70 universités et laboratoires de recherche publique et 70 grands comptes. Notre budget est d’environ 6 millions d’euros pour une quarantaine de salariés.

    Notre bilan, c’est 1,7 milliard d’euros de financements publics en faveur de nos entreprises, un chiffre que l’on peut multiplier par deux si l’on ajoute les porteurs de projets. Soit, 870 projets financés sur environ 1 700 projets qui ont été expertisés par nos experts. Le tout premier projet était Infomagic qui a bénéficié d’une subvention de 40 millions d’euros avec plusieurs dizaines de sociétés impliquées dans le domaine du traitement de l’image et l’analyse de texte.

    J’ajoute que Cap Digital est également un état d’esprit : on s’est aperçu que beaucoup d’entités différentes (start-up, grands groupes et laboratoires de recherche) pouvaient travailler ensemble pour inventer et produire des services de grande qualité.

    > Lire aussi : Charles Huot nommé à la tête de Cap Digital

    Dans le cadre du 4e Programme d’investissement d’avenir (PIA 4), le gouvernement a annoncé le lancement de plusieurs dispositifs destinés à accélérer les transitions numériques et écologiques des industries culturelles et créatives. Quels sont les secteurs qui vont en bénéficier ?

    Les secteurs de l’audiovisuel, les musées, le patrimoine, l’édition, la presse, le spectacle vivant, la musique enregistrée vont bénéficier de ce 4e Programme d’investissement d’avenir. Les domaines d’activité couverts sont donc très larges. Différents appels à projets ont déjà été lancés et des appe....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    nouveaux-medias
    Sur le Web, à côté de la presse classique qui s’y est exportée pour parfois s’y réinventer, de nouveaux sites d’information politique et générale ou spécialisée ne cessent de faire leur apparition et tentent de conquérir des lecteurs. Parfois thématiques, pouvant cibler telle ou telle frange de public, ils font souvent la part belle à la vidéo. Un expert analyse ce mouvement et ses tendances. Les agrégateurs de presse s’interrogent sur le traitement à réserver à ces nouveaux supports. Il en va de même dans les bibliothèques ou centres de documentation, soucieux d’apporter l’information souhaitée par leurs utilisateurs. Côté back-office, les médias sur le Web recourent à des algorithmes spécifiques et travaillent à l’optimisation de leur référencement. Pour les professionnels de l’information, l’éducation aux médias et à l’information est on ne peut plus d’actualité.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Couv demat 2020.png